Voici la suite du premier article « s’installer et vivre au Canada ». Toujours avec l’ami Julien!

Mise à jour de l’article : 11 avril 2017

Quelles sont d’après toi les opportunités pour un français au Québec ?

Si on parle d’un français qui vient immigrer de façon permanente au Québec, les opportunités sont très diverses.

D’abord, que l’on aime les grandes villes ou que l’on préfère les grands espaces et la nature, la qualité de vie est bien meilleure qu’en France.

partir au canada

Ensuite, au niveau professionnel, même en tant qu’immigrés, les possibilités sont multiples. Si la motivation est là, gagner rapidement en responsabilités et en salaire sera plus aisé qu’en France. Fais tes preuves, montre ce que tu vaux et quelque soit ton âge ou ton ancienneté, les portes s’ouvriront presque toutes seules ! Puis ce n’est pas une légende : si tu préfères devenir ton propre patron, tout est plus facile ici (conseils, aides…) ! Il suffit d’un minimum de motivation !

Enfin, petite parenthèse pour ceux qui ont un rêve américain, le Canada est une porte dentrée vers les États-Unis. C’est une façon très détournée mais une opportunité non négligeable car il est très difficile d’aller travailler aux USA avec un passeport français alors qu’avec un passeport canadien, c’est bien plus simple. Et il faut savoir qu’après 3 ans sur le sol canadien en tant que résident permanent, tu peux demander ta citoyenneté canadienne… Mais ça prend du temps.

Quelles sont d’après toi les principales difficultés d’adaptation au Canada ?

La difficulté d’adaptation principale est justement qu’il faut s’adapter À TOUT, ou presque ! !

Le français doit comprendre qu’ici, ce n’est pas parce que l’on parle français que tout est comme en France ! En réalité, tout est différent de chez nous ! Même la langue est à redécouvrir car le québécois possède ses expressions, sa façon de parler, ses codes… Il faut sans cesse se répéter que nous sommes les étrangers !

Les québécois te le rappelleront : «Ici, c’est toi qui a un accent et pas l’inverse !»

S’intégrer aux canadiens est difficile mais primordial au point de vue personnel comme professionnel. Encore une fois, ce n’est qu’une question de volonté. Mais il faut le prendre au sérieux, car une mauvaise intégration traduit souvent une mauvaise expérience ! Alors il faut savoir faire beaucoup d’efforts. 

Enfin, il faut dire le plus sérieusement du monde que le climat est une des principales difficultés d’adaptation ! L’hiver dure de novembre à avril avec ses tempêtes de neige monstrueuses et ses températures frôlant les -35ºC. Puis l’été, bien qu’assez court, s’accompagne d’une humidité étouffante et de températures pouvant dépasser les 40ºC ! Il vaut mieux être prévenu… et préparé !

Montréal-Vue-du-Mont-Royal-

Montreal

D’autres côtés qui te gênent ?

Non, en réalité rien ne me gène vraiment. Il y a des difficultés pour s’adapter, mais aucune n’est vraiment gênante si on décide simplement de s’adapter, de sortir de sa zone de confort habituelle pour en trouver une autre ailleurs, autrement, différemment.

 

Quel est le coût de la vie comparé à la France ? (exemples de prix : logement, café, transports etc)

Ah le coût de la vie est une vaste question ! Et bien sûr, au Québec, c’est certainement à Montréal qu’il va être le plus élevé. Cependant, j’ai l’impression qu’il reste, encore aujourd’hui, plus bas que dans la plupart des grandes villes françaises.

Le logement est relativement abordable. Pour vivre tout seul, selon le quartier, il faut compter au moins 500$. Si on préfère la colocation, les prix peuvent descendre jusqu’à 350-400$ ou moins (selon le quartier, encore une fois…). Petite remarque pour ceux qui souhaiteraient investir, Montréal est encore très abordable quant à l’achat d’appartements : des studios proches du centre-ville peuvent se trouver à moins de 200 000 $.

Pour le transport, un abonnement mensuel au réseau de métro-bus (très complet sur Montréal) est d’environ 80$. Les voitures sont moins chères à l’achat mais coûtent chères en entretien, en assurance, en essence etc…  Puis il existe aussi les Bixi (vélo libre service) à la belle saison, ainsi que les Communauto (voitures partagées), bien pratiques.

Pour la nourriture, tout dépend des habitudes que l’on veut prendre ! Si vous voulez garder un régime très «français» à base de charcuterie, baguette, vin et fromages, alors vous allez devoir débourser beaucoup d’argent (quoique certains producteurs québécois commencent à proposer de très bons produits, de plus en plus abordables !).

Si vous vous adaptez, alors ce sera plus raisonnable ! Cependant, les produits frais (légumes, fruits, viande, fromage, yaourt…) sont plus ou moins abordables selon les supermarchés (un conseil : visez les promotions, souvent très intéressantes !).

Pour les loisirs, le shopping et les restaurants, tout est moins cher ici. Par exemple : les promotions remplissent les devantures de magasin à longueur d’année et les fast-food proposent pour moins de 10$ de la cuisine américaine, québécoise, asiatique, italienne, végétarienne…

Quelques prix :

Un Café filtre :                        entre 2 et 3 $

Une Baguette :                     À partir de 2$

Un kg de Fromage :            > 25-30 $ (osez les fromages québécois !)

Un Ticket de Cinéma :       12$ pour un billet classique

Un pinte de bière :               Comptez au moins 4 à 5 $

Un cocktail :                           Comptez 8 à 12 $

Une paire de Levis :          À partir de 40$ (sur les fringues, surveillez les promotions !)

vivre à montreal

 

Et les salaires au Canada ? Au même niveau qu’en France ? Pas de SMIC j’imagine ? Les congés payés ? (j’imagine qu’on bosse plus qu’en France !)

Pour les salaires, il me semble que le niveau est a peu près équivalent… Un petit peu plus bas peut-être. Mais le coût de la vie étant moins cher, ça s’équilibre. Les impôts personnels sont à peu près équivalents aussi sauf qu’ils sont directement prélevés sur la fiche de paie, donc pas de surprise (et ça, c’est plutôt agréable).

Pour le reste, il ne faut pas diaboliser le Canada et encore une fois, éviter les idées préconçues. Bien sûr qu’un salaire minimum existe dans toutes les provinces.

Au Québec en 2017, il est même supérieur à la France :11,25 $/h au Québec contre 9,43€/h en France. Pour les emplois où tu vas toucher du pourboire, il descend à 8,75$/h (mais le pourboire est ancré dans la culture et le client laissera usuellement 15% de l’addition totale).

Pour ce qui est de «travailler plus», cest une réalité sur le papier : la durée légale maximum est de 40h par semaine et les congés payés ne sont que de 2 semaines par an. Mais dans la réalité, beaucoup d’entreprises vont descendre à 35h/semaine puis surtout, la façon de travailler ici est telle que vie professionnelle et vie personnelles sont très équilibrées. Bien évidemment, comme ailleurs, tout ça dépend du travail et du poste que l’on occupe…

 

Pour moi, j’ai l’image que dans un pays comme le Canada, être indépendant est plus avantageux qu’en France. Par contre, si tu es salarié, c’est fort discutable. Qu’en penses-tu ?

Plus avantageux d’être indépendant ? Je ne pense pas. Tout dépend de notre personnalité, notre motivation, notre façon de travailler… Par contre, je le répète, c’est certainement plus facile au Canada.

Ici, on va vous encourager, vous offrir des formations et des séances d’information, vous proposer des programmes d’aide, et bien plus encore ! C’est plutôt impressionnant parce qu’en France on est pas habitué à être soutenu dans le changement et la prise de risque…

Concernant le salarié cest en effet très discutable parce quici, la façon de travailler est vraiment différente. En réalité ça va beaucoup dépendre de qui vous embauche et des avantages qu’on vous offre (assurances, plus de semaines de congés payés…) mais aussi et surtout de votre façon de travailler. Par exemple, quand une personne entendra « moins de sécurité de l’emploi », l’autre entendra « plus de liberté de changement ». Puis je le répète, ici, les employeurs font généralement en sorte que vos vies professionnelles et personnelles soient équilibrées.

Pour conclure sur ce sujet, le marché du travail ici n’est pas mieux ou moins bien qu’en France. Il est différent et il conviendra à certaines personnes plus qu’à d’autres. Mais ce qui est certain est que l’ambiance au travail est bien plus chaleureuse ici qu’en France… et la hiérarchie bien moins marquée !

 

Quels conseils donnerais-tu à un lecteur qui souhaiterait s’installer au Québec ?

Il faut bien garder à l’esprit que s’installer au Québec n’est pas une décision à prendre à la légère.  Cela demande beaucoup de préparation et les investissements personnels et financiers ne sont pas négligeables.

Il faut se rappeler que le Québec n’est pas une région française ! Ce n’est pas parce qu’on est français qu’on a plus de droits, plus de facilités ou plus de chance de réussir que les autres immigrés.

Même en étant français, il faut faire énormément d’effort pour s’intégrer aux québécois. Si je ne devais donner qu’un conseil, je dirais qu’il FAUT aller vers les québécois, s’imprégner de leur culture, apprendre leurs expressions, vivre avec eux et comme eux. En tant qu’immigré c’est à TOI de faire le premier pas.

Et surtout, il FAUT bannir de sont langage la phrase «Ça, c’est mieux chez nous». Ce genre de remarque (souvent, je le déplore, prononcée par des français) irrite  énormément les canadiens et va nuire bien souvent à une bonne intégration.

Pour conclure, je dirais qu’en tant qu’immigré, c’est à toi de faire le travail pour bien t’intégrer et gagner la confiance des autres ! Et derrière, si tu joues le jeu de l’intégration, les québécois t’offriront un accueil fantastique.

Alors gardez l’esprit ouvert, oublier vos habitudes de français (sans renier votre héritage), oubliez vos stéréotypes et surtout, arrêtez de râler pour un rien… sauf si c’est le québécois qui commence à râler 😉

Penses-tu rester longtemps au Canada ? Des projets ?

Quand tu m’as posé la question la première fois en 2011, je t’ai répondu que je resterai certainement le temps d’avoir la nationalité. Aujourd’hui. début 2014, je vais commencer les démarches pour faire cette demande.

Je ne sais toujours pas si je resterai à Montréal toute ma vie et je n’exclue toujours rien. Mais aujourd’hui je suis toujours autant amoureux du Québec et de ses habitants. Et une chose et certaine, je ne ressens absolument pas envie de retourner en France…

Actuellement, j’ai un emploi à temps plein à la Fondation de l’Hôpital Marie-Clarac. Un emploi passionnant où je peux toucher à tout (administratif, communication, événementiel…) et rencontrer beaucoup de monde.

Mais au niveau personnel, j’ai créé le blog « Attache Ta Tuque ! » pour justement répondre aux questions que se posent les français (et francophones) qui veulent s’installer à Montréal et plus largement vivre au Canada. J’y aborde les questions de coût de la vie, d’emploi, de logement, de vie quotidienne en général et bien d’autres…

Car j’estime que si vous êtes correctement informé et préparé, l’intégration sera d’autant plus facile. Puis avec ce blog j’essaie surtout de lutter contre les pièges du « communautarisme », c’est à dire les français qui restent entre français et vivent à la française sans jamais réellement essayer de s’intégrer simplement aux québécois.

Pour en savoir plus, vous pouvez donc visiter le site www.attache-ta-tuque.com ou suivre pour l’instant mon profil personnel sur Facebook. Je réponds avec plaisir aux questions 🙂

A lire également :

Julien a écrit un guide pratique pour réussir son expatriation au Québec :

– Un véritable mode d’emploi pour éviter les erreurs, gagner du temps et réussir votre changement de vie. 

– Des exemples de CV et Lettre de Motivation, les bonnes adresses, un lexique québécois…

– L’accès à un groupe privé pour échanger et s’entraider ! Déjà une centaine de membres.

Une aide personnalisée de la part de Julien.

quebec2

Un dernier mot ?

Le Canada, et plus particulièrement le Québec, a quelque chose de magique et d’envoûtant pour la plupart des français. Mais je répète toujours que ce n’est pas le paradis que l’on va vous dépeindre sur les publicités dans les magazines français.

L’important, c’est d’être préparé et informé, et surtout, de ne pas penser que tout sera plus facile ici plutôt qu’en France. En réalité, tout sera différent. Parfois vous trouverez ça mieux, parfois vous trouverez ça moins bien. Il n’y a pas de règle.

Mais au final, au Québec comme ailleurs, il faut surtout garder à l’esprit que l’expérience d’immigration n’est positive que si on souhaite vraiment s’intégrer, s’imprégner de la culture d’accueil et apprendre de ses hôtes.

Bien dit Julien!

Alors, que pensez-vous de la vie au Canada, tentez les amis?

 

Vous souhaitez voyager, faire un PVT ou vivre au Canada ? N’oubliez pas votre assurance voyage, les frais médicaux sont chers sur place…

Je vous conseil Chapka, c’est celle que j’utilise :

 

 


 

 

 

Vous avez aimé cet article ?

Notez-le en 1 clic

[Total : 30    Moyenne : 4.7/5]


Related news

Histoire de france frise chronologique
Amavo boutique south louise avenue sioux falls sd airport
Llandegla mtb accommodations
Queso cuartirolo origen
Yong chinese questionnaire
Para que sirve el dexacort
Bestafen ibuprofeno para que sirve
Filme modawala 2019
Mark huijbregts nijmegen questionnaire
Antique barber chairs for sale in alabama