• 📁 articles invitĂ©s, dĂ©veloppement personnel, Ă©tat d'esprit, motivation, qualitĂ© de vie
  •  discipline, motivation, psychologie

Aujourd’hui, au travers de cet article invitĂ© aussi complet que passionnant, j’ai le plaisir d’accueillir HervĂ© Petit, psychologue Ă  Nantes et Ă©galement auteur de blog psychologie. Dans cet article, HervĂ© va vous parler d’autodiscipline avec une approche trĂšs scientifique et Ă  contre-courant de bon nombre d’idĂ©es reçues. Je vous laisse ainsi dĂ©couvrir tout cela par vous-mĂȘme :

S’il est une idĂ©e tenace en dĂ©veloppement personnel, c’est bien celle des bienfaits immodĂ©rĂ©s de l’autodiscipline.

Que ce soit en travaillant avec acharnement Ă  rĂ©aliser ses rĂȘves ou en appliquant avec constance un certain nombre de mĂ©thodes de motivation, de recadrage, de dĂ©finition d’objectif, de recodage d’expĂ©riences, la rĂšgle est la rĂšgle. Le succĂšs se paie par un effort disciplinĂ© et la satisfaction diffĂ©rĂ©e de ses dĂ©sirs.

Simple question de bon sens.

Quoique.

Quand on y regarde de plus prĂšs Ă  l’aide d’outils scientifique, cela devient un peu plus compliquĂ©, et quelques surprises surgissent, lesquelles sont gĂ©nĂ©ralement mauvaises et contre-intuitives [1].

automotivation

Comprendre


PremiĂšre constatation : la capacitĂ© Ă  s’imposer quelque chose comporte deux faces

Ces deux faces sont le trait et l’état [2].

  • Le trait d’autodiscipline est une caractĂ©ristique de personnalitĂ© [3], stable, et interpersonnelle, c’est-Ă -dire qu’elle diffĂšre selon les individus. Chez certains, et tant mieux pour eux, ce trait est trĂšs marquĂ© ; moins chez d’autres.
  • L’état d’autodiscipline est la capacitĂ© que l’on a Ă  la mobiliser au temps t. Cette capacitĂ© est intrapersonnelle : elle varie dans le temps chez un mĂȘme individu.

Si vous voulez une analogie, le trait est la taille du rĂ©servoir (qui diffĂšre selon les gens) et l’état est le volume de liquide qu’il contient (plus on l’utilise moins il y en a, il varie en consĂ©quence dans le temps). Ces deux dimensions sont donc liĂ©es, puisqu’un grand rĂ©servoir contient un plus grand volume de liquide utilisable.

Seconde constatation : avoir un grand rĂ©servoir d’autodiscipline a de nombreuses consĂ©quences positives.

Ainsi a-t-il Ă©tĂ© dĂ©montrĂ© que l’autodiscipline-trait est associĂ©e Ă  une meilleure rĂ©ussite scolaire et universitaire [4, 5], domaine dans lequel elle est par ailleurs un meilleur prĂ©dicteur que le quotient intellectuel [6]. Les personnes ayant une autodiscipline-trait marquĂ©e ont Ă©galement plus de succĂšs professionnels [2].

Au niveau relationnel ils ont des relations de couple plus stables et plus satisfaisantes [2], ce qui induit une cascade d’effets salutaires sur la santĂ© et la rĂ©sistance Ă  la maladie, y compris le cancer [7] et les troubles cardiovasculaires [8]. L’explication est qu’ils gĂšrent mieux les tensions en instaurant le dialogue avec le conjoint plutĂŽt qu’en l’évitant ou en se sĂ©parant [9].

Leur stabilitĂ© Ă©motionnelle en bĂ©nĂ©ficie aussi : moins d’agressivitĂ©, de colĂšre ou d’aigreur. En consĂ©quence sont-ils moins susceptibles de souffrir de dĂ©pression, d’anxiĂ©tĂ©, de troubles alimentaires, d’alcoolisme, voire de troubles psychotiques [2].

Dans ce sens, il semble bon de glorifier l’autodiscipline. Mais deux remarques s’imposent

Tout d’abord le trait n’est pas modifiable et plonge en partie ses racines dans la gĂ©nĂ©tique de l’individu (le tempĂ©rament de persĂ©vĂ©rance est hĂ©ritable [10, 11]. Aussi, contrairement Ă  ce qui nous est trop souvent vendu en dĂ©veloppement personnel, les individus parvenant Ă  exiger d’eux-mĂȘmes rĂ©guliĂšrement et au long cours ne s’appuient pas sur des mĂ©thodes de motivation plus efficaces mais sur leur bienheureux bagage gĂ©nĂ©tique.

La seconde remarque est qu’ils le paient par des Ă©motions plus arasĂ©es [12] et par un coĂ»t social. Ce dernier provient du fait que ces personnes sont perçues comme moins spontanĂ©es, moins extraverties et plus fermĂ©es Ă  de nouvelles expĂ©riences [13], ce qui les handicape dans la crĂ©ation de liens d’amitiĂ©.

TroisiĂšme constatation : mobiliser son autodiscipline-Ă©tat en limite temporairement l’usage.

La comparaison fréquemment faite dans la littérature scientifique est celle du muscle [14]. Si vous le mobilisez, vous le fatiguez. Il perdra donc de son efficacité juste aprÚs.

Ainsi constate-t-on que toute tĂąche qui demande de se maĂźtriser induit une chute de performance dans les tĂąches qui suivent si elles demandent de se contrĂŽler, mĂȘme si elles n’ont rien Ă  voir avec la premiĂšre. Ainsi, se retenir de manifester une Ă©motion en regardant un film drĂŽle ou triste altĂšre significativement la performance Ă  un test cognitif [15] comme Ă  un test d’endurance physique [16].

Vous allez me dire que cela n’a pas l’air bien mĂ©chant. Cependant on dĂ©montre expĂ©rimentalement qu’aprĂšs avoir utilisĂ© l’autodiscipline les gens tendent Ă  dĂ©penser de maniĂšre plus impulsive [17], Ă  transgresser leur rĂ©gime [18, 19], Ă  avoir des comportements sexuels inappropriĂ©s [20], Ă  rĂ©pondre agressivement Ă  la provocation [21, 22], Ă  faire mauvaise impression quand ils souhaitent l’effet inverse [23], Ă  ĂȘtre plus facilement convaincu par des arguments fallacieux [24] ou Ă  ĂȘtre plus vulnĂ©rable aux pensĂ©es morbides et plus anxieux face Ă  la mort [25].

En outre, se forcer malgrĂ© tout Ă  enchaĂźner les tĂąches demandant de l’autodiscipline aggrave de plus en plus vite les performances et retarde d’autant le retour aux ressources optimales [26].

Enfin les coĂ»ts de l’utilisation de l’autodiscipline se font aussi sentir dans certaines tĂąches qui ne demandent pourtant pas de faire appel au contrĂŽle, telle la prise de dĂ©cision [15, 27]. Avoir eu besoin de se maĂźtriser prĂ©alablement augmente ainsi la tendance Ă  rĂ©pondre passivement quand une dĂ©cision doit ĂȘtre prise ou Ă  faire un choix extrĂȘme inappropriĂ©, ou absurde.

L’explication de ce phĂ©nomĂšne est que les tĂąches qui demandent de se maĂźtriser sont neurologiquement trĂšs complexes et donc trĂšs gourmandes en Ă©nergie. Elles induisent ainsi au niveau cĂ©rĂ©bral une chute du taux de glucose sanguin [28], laquelle altĂšre les performances attentionnelles et celles des systĂšmes inconscients de contrĂŽle de l’action [29, 30]. En d’autres mots : quand on joue Ă  un jeu de derniĂšre gĂ©nĂ©ration sur le PC, le chargement des videos sur rame un peu.

Ne confondez pas avec la sensation de fatigue, que nous savons tous avoir un impact sur les performances. Ici le risque est maximal dans les dix minutes suivant la tñche et s’aggrave en cas de poursuite des efforts. Cela est d’autant plus pernicieux qu’à l’inverse de la fatigue, aucun indice ni ressenti ne nous informe de la situation.

QuatriĂšme constatation : on ne sait pas encore comment augmenter son autodiscipline-Ă©tat durablement

La conviction selon laquelle l’entraĂźnement rĂ©gulier permet d’augmenter son autodiscipline donne des rĂ©sultats inconsĂ©quents. Parfois cela semble marcher, voire avoir des effets salutaires dans des domaines connexes [31], parfois non [32]. De puissants facteurs sous-jacents semblent intervenir sans que les Ă©tudes de laboratoires ne soient encore parvenues Ă  les Ă©lucider.

Donc en l’état actuel des recherches, promouvoir l’entraĂźnement rĂ©gulier Ă  l’autodiscipline en vue d’augmenter son efficacitĂ© quotidienne demeure un postulat. Rien ne dit que cela fonctionne de telle ou telle façon, dans tel ou tel domaine, ni sur n’importe qui.

CinquiĂšme constatation : il est possible de gĂ©rer stratĂ©giquement ses ressources d’autodiscipline-Ă©tat

Savoir que vous attendent plusieurs tĂąches successives devant ĂȘtre menĂ©es avec discipline permet d’investir moins de ressources dans la premiĂšre qu’on ne le ferait si elle Ă©tait seule [33]. MĂȘme si ce rĂ©sultat diffĂšre selon les individus, il est donc possible de s’économiser pour rĂ©partir plus harmonieusement ses capacitĂ©s Ă  faire des efforts selon les circonstances pour peu qu’on les connaisse Ă  l’avance.


se connaütre


ConsidĂ©rant cela, la premiĂšre chose que je peux vous conseiller est d’évaluer votre autodiscipline-trait.

Ce n’est pas obligatoire puisque les conseils pratiques que je vous donnerai sont applicables Ă  tout le monde. Cependant, plus votre autodiscipline-trait est faible, et plus il y a des chances que vous ayez des ressources modestes vous rendant frĂ©quemment vulnĂ©rable aux effets nĂ©gatifs d’une premiĂšre mobilisation de vos forces.

Afin de vous auto-Ă©valuer, je vous ai traduit ci-aprĂšs la version courte du questionnaire utilisĂ© dans la majoritĂ© des Ă©tudes [2]. La traduction vous semblera sans doute un peu moche parfois, dĂ©solĂ©. Le but n’est pas de faire du Shakespeare et j’espĂšre que vous me pardonnerez.

PrĂȘtez attention au fait que ce questionnaire est trĂšs sensible au biais de dĂ©sirabilitĂ© sociale. Cela signifie que les personnes qui souhaitent donner d’eux une bonne image ou qui sont avides de se voir d’une maniĂšre valorisĂ©e ont tendance Ă  artificiellement gonfler leurs rĂ©ponses dans le sens « autodisciplinĂ© ». C’est une situation extrĂȘmement frĂ©quente que l’on contrĂŽle en ajoutant des questions qui mesurent cette tendance, ce qui Ă©tait impossible dans le cadre d’un article de blog. Surveillez-vous et rĂ©pondez sincĂšrement, en fonction de ce que vous ressentez rĂ©ellement en vous.

Pour chaque question, indiquez dans quelle mesure la phrase s’applique Ă  vous avec une note allant de 1 Ă  5 avec : 1 = Pas du tout et 5 =  Tout Ă  fait.

1. Je résiste bien à la tentation
2. J’ai du mal Ă  me dĂ©barrasser de mes mauvaises habitudes
3. Je suis paresseux
4. J’ai des propos inappropriĂ©s
5. Je fais certaines choses qui sont mauvaises pour moi si elles m’amusent
6. Je refuse ce qui est mauvais pour moi
7. J’aimerais avoir plus d’autodiscipline
8. Les gens diraient que j’ai une autodiscipline de fer
9. M’amuser m’amùne parfois à ne pas finir mon travail
10. J’ai des difficultĂ©s Ă  me concentrer
11. Je suis capable de travailler efficacement Ă  des buts Ă  long terme
12. Parfois je ne peux pas m’empĂȘcher de continuer quelque chose, mĂȘme si je sais que c’est une erreur
13. J’agis souvent sans penser à toutes les alternatives

Codez toutes vos rĂ©ponses de 1 Ă  5. Les questions portant l’astĂ©risque sont des items inversĂ©s. Dans ce cas si vous avez rĂ©pondu 1, votre score Ă  la question est de 5, si vous avez rĂ©pondu 2, il est de 4, 3 donne 3, 4 donne 2 et 5 donne 1.

Faites la somme totale. Votre score varie entre 13 et 65.

Pour information, les personnes rĂ©pondant Ă  ce questionnaire dans les Ă©tudes de Tangeney et ses collĂšgues [2] obtiennent un rĂ©sultat moyen de 39,5 environ. ConsidĂ©rant les Ă©carts-types, vous faites approximativement partie des 5% les plus bas si vous ĂȘtes en dessous de 25 et des 5% les plus hauts au-dessus de 53. Ces deux cas indiquent un rĂ©sultat potentiellement biaisĂ©, soit par la dĂ©sirabilitĂ© sociale, soit par l’autodĂ©valorisation.


pour mieux agir

Je vous avais prĂ©venu que cela tempĂ©rait quelque peu les enthousiasmes. Cependant, puisque c’est avec cela que l’on doit se dĂ©brouiller, comment faire au mieux ?

Les conseils adaptés sont les suivants :

  • n’exigez pas trop de vous d’un coup
  • rĂ©servez votre Ă©nergie pour les tĂąches importantes
  • fonctionnez au maximum sur la base d’habitudes
  • si vous venez de gĂ©rer quelque chose vous ayant demandĂ© beaucoup d’efforts de discipline Ă©vitez ou diffĂ©rez si possible
    • les autres tĂąches nĂ©cessitant des efforts de volontĂ© soutenus
    • les prises de dĂ©cision importantes
    • les situations interpersonnelles tendues ou stressantes (Ă©valuations)
  • si cela n’est pas possible, faites fondre prĂ©alablement un sucre sous votre langue ou prenez une boisson sucrĂ©e (surtout pas de boisson light ou de faux sucre de type stevia/aspartame cela aggraverait le phĂ©nomĂšne). Cela a l’air ridicule mais c’est une manƓuvre dont l’efficacitĂ© est expĂ©rimentalement dĂ©montrĂ©e [28, 34].
  • si plusieurs efforts de ce type vous attendent, n’engagez pas trop de force de volontĂ© dans les premiers de peur de voir vos performances drastiquement chuter pour les suivantes
  • prenez si nĂ©cessaire de la distance avec les mĂ©thodes de productivitĂ© incitant aux efforts continus. Ceux-ci ne sont que peu applicables si vous n’avez pas une autodiscipline-trait marquĂ©e. Dans le cas contraire elles vous desservent en vous conduisant Ă  des stratĂ©gies inadaptĂ©es pour vous induisant Ă©checs potentiels et dĂ©valorisation de soi. C’est ce qui explique que la trĂšs grande majoritĂ© des gens l’ayant essayĂ©e ont fini par abandonner la mĂ©thode GTD. Sont Ă©galement Ă  risque l’utilisation apparemment anodine d’outils de type to do list qui amĂšnent Ă  enchaĂźner les unes aprĂšs les autres les tĂąches demandant des efforts Ă  un rythme soutenu empĂȘchant la remontĂ©e du glucose sanguin.
  • prenez Ă©galement du recul si nĂ©cessaire en regard des conseils de dĂ©veloppement personnel
    • incitant Ă  l’exercice rĂ©gulier de l’autodiscipline en vue d’augmenter son efficacitĂ©. En l’absence de preuves scientifiques et de rĂ©sultats contradictoires, faites confiance Ă  votre bon sens et Ă  ce que vous ressentez effectivement. Si cela marche pour vous, continuez, sinon ne persĂ©vĂ©rez pas.
    • incitant perpĂ©tuellement Ă  la motivation. En effet, l’altĂ©ration des ressources d’autodiscipline touche Ă  la fois la volontĂ© Ă  l’utiliser et la capacitĂ© Ă  l’utiliser. Or, si l’incitation Ă  la motivation permet de retrouver la volontĂ© d’agir, elle n’a pas d’impact sur la capacitĂ© Ă  le faire. En consĂ©quence, les incitations Ă  la motivation conduisent Ă  agir quand mĂȘme et donc Ă  dĂ©penser une ressource de plus en plus limitĂ©e, aggravant ainsi considĂ©rablement la situation [35].

En conclusion de cet article qui, je l’espĂšre, trouvera pour vous quelque intĂ©rĂȘt pratique, une petite mise en garde clinique.

S’il est naturel de dĂ©sirer amĂ©liorer ses performances et sa maĂźtrise de son environnement, cette recherche ne doit pas se faire au dĂ©triment du plaisir et de la variĂ©tĂ© d’expĂ©rience que la vie peut offrir ni de sa capacitĂ© Ă  lĂącher prise ou Ă  accepter l’inĂ©vitable. Etre capable d’une persĂ©vĂ©rance Ă  toute Ă©preuve est une chance, certes. Mais ĂȘtre persĂ©vĂ©rant sur tout ou rechercher de maniĂšre obsessionnelle Ă  acquĂ©rir une autodiscipline de fer est inadaptĂ© et peut potentiellement faire le lit de troubles anxieux et/ou dĂ©pressifs.

Le bonheur c’est aussi se sentir nul, paresseux, et faible à l’occasion.

[1] Baumeister, R., & Alquist, J. (2009). Is there a Downside to Good Self-Control ? Self and Identity, 8, 15-130.

[2] Tangney, J. P., Baumeister, R. F., & Boone, A. L. (2004). High self-control predicts good adjustment, less pathology, better grades, and interpersonal success. Journal of Personality, 72, 271–324.

[3] Roberts, B. W., Walton, K., & Bogg, T. (2005). Conscientiousness and health across the life course. Review of General Psychology, 9, 156–168.

[4] Mischel, W., Shoda, Y., & Peake, P. K. (1988). The nature of adolescent competencies predicted by preschool delay of gratification. Journal of Personality and Social Psychology, 54, 687–696.

[5] Shoda, Y., Mischel, W., & Peake, P. K. (1990). Predicting adolescent cognitive and self regulatory competencies from preschool delay of gratification: Identifying diagnostic conditions. Developmental Psychology, 26, 978–986.

[6] Duckworth, A. L., & Seligman, M. E. P. (2005). Self-discipline out-does IQ in predicting academic performance of adolescents. Psychological Science, 16, 939–944.

[7] Goodwin, J. S., Hunt, W. C., Key, C. R., & Samet, J. M. (1987). The effect of marital status on stage, treatment, and survival of cancer patients. Journal of the American Medical Association, 258, 3125–3130.

[8] Lynch, J. J. (1979). The broken heart: The medical consequences of loneliness. New York: Basic Books.

[9] Finkel, E. J., & Campbell, W. K. (2001). Self-control and accommodation in close relationships: An interdependence analysis. Journal of Personality and Social Psychology, 81, 263–277.

[10] Cloninger, S.C. (1998). The genetics and psychobiology of the seven factor model of personality. In K.R. Silk, Biology of Personality Disorders, Washington: APA.

[11] Cloninger. S.C. (1999). La personnalité. Paris : Flammarion Médecine.

[12] Zabelina, D. L., Robinson, M. D., & Anicha, C. L. (2007). The psychological tradeoffs of selfcontrol: A multi-method investigation. Personality and Individual Differences, 43, 463–473.

[13] Stillman, T. F., & Alquist, J. L. (2007). The perception of five-factor differences in unusual acquaintances. Manuscript in preparation, cited by Baumeister & Alquist (2009).

[14] Muraven, M. R., & Baumeister, R. E. (2000). Self-regulation and depletion of limited resources: Does self-control resemble a muscle. Psychological Bulletin, 126, 247–259.

[15] Baumeister, R. F., Bratslavsky, E., Muraven, M., & Tice, D. M. (1998). Ego depletion:Is the active self a limited resource. Journal of Personality and Social Psychology, 74,1252–1265.

[16] Muraven, M., Tice, D. M., & Baumeister, R. F. (1998). Self-control as limited resource: Regulatory depletion patterns. Journal of Personality and Social Psychology, 74, 774–789.

[17] Vohs, K. D., & Faber, R. J. (2007). Spent resources: Self-regulatory resource availability affects impulse buying. Journal of Consumer Research, 33, 537–547.

[18] Kahan, D., Polivy, J., & Herman, C. P. (2003). Conformity and dietary disinhibition: A test of the ego-strength model of self-regulation. International Journal of Eating Disorders, 32, 165–171.

[19] Vohs, K. D., & Heatherton, T. F. (2000). Self-regulatory failure: A resource-depletion approach. Psychological Science, 11, 249–254.

[20] Gailliot, M. T., & Baumeister, R. F. (2007). Self-regulation and sexual restraint: Dispositionally and temporarily poor self-regulatory abilities contribute to failures at restraining sexual behavior. Personality and Social Psychology Bulletin, 33, 173–186.

[21] DeWall, C. N., Baumeister, R. F., Stillman, T. F., & Gailliot, M. T. (2007). Violence restrained: Effects of self-regulation and its depletion on aggression. Journal of Experimental Social Psychology, 43, 62–76.

[22] Stucke, T. S., & Baumeister, R. F. (2006). Ego depletion and aggressive behavior: Is the inhibition of aggression a limited resource? European Journal of Social Psychology, 36, 1–13.

[23] Vohs, K. D., Baumeister, R. F., & Ciarocco, N. J. (2005). Self-regulation and self-presentation: Regulatory resource depletion impairs impression management and effortful self-presentation depletes regulatory resources. Journal of Personality and Social Psychology, 88, 632–657.

[24] Wheeler, S. C., Brinol, P., & Hermann, A. D. (2007). Resistance to persuasion as selfregulation:

Ego-depletion and its effects on attitude changes processes. Journal of Experimental Social Psychology, 43, 150–156.

[25] Gailliot, M.T., Schmeichel, B.J., Baumeister, R.F. (2006). Self-Regulatory Processes Defend Against the Threat of Death: Effects of Self-Control Depletion and Trait Self-Control on Thoughts and Fears of Dying.  Journal of Personality and Social Psychology, 91, 1, 49–62

[26] Muraven, M., & Slessareva, E. (2003). Mechanisms of self-control failure: Motivation and limited resources. Personality and Social Psychology Bulletin, 29, 894–906.

[27] Vohs, K. D., Baumeister, R. F., Schmeichel, B. J., Twenge, J. M., Nelson, N. M., & Tice, D. M. (2008). Making choices impairs subsequent self-control: A limited resource account of decision making. Journal of Personality and Social Psychology, 94, 883–898.

[28] Gailliot, M. T., Baumeister, R. F., DeWall, C. N., Maner, J. K., Plant, E. A., Tice, D. M., et al. (2007). Self-control relies on glucose as a limited energy source: Willpower is more than a metaphor. Journal of Personality and Social Psychology, 92, 325–336.

[29] Inzlicht, M., & Gutsell, J. N. (2007). Running on empty: Neural signals for self-control failure. Psychological Science, 18, 933–937.

[30] Nieuwenhuis, S., Ridderinkhof, K. R., Blom, J., Band, G. P. H., & Kok, A. (2001). Error-related brain potentials are differentially related to awareness of response errors: Evidence from an antisaccade task. Psychophysiology, 38, 752–760.

[31] Oaten, M., & Cheng, K. (2007). Improvements in self-control from financial monitoring. Journal of Economic Psychology, 28, 487–501.

[32] Baumeister, R. F., Gailliot, M., DeWall, C. N., & Oaten, M. (2006). Self-regulation and personality: How interventions increase regulatory success, and how depletion moderates the effects of traits on behavior. Journal of Personality, 74, 1773–1801.

[33] Muraven, M., Shmueli, D., & Burkley, E. (2006). Conserving self-control strength. Journal of Personality and Social Psychology, 91, 524–537.

[34] Masicampo, E. J., & Baumeister, R. F. (2008). Toward a physiology of dual-process reasoning and judgment: Lemonade, willpower, and effortful rule-based analysis. Psychological Science, 19, 255–260.

[35] Muraven, M., & Slessareva, E. (2003). Mechanisms of self-control failure: Motivation and limited resources. Personality and Social Psychology Bulletin, 29, 894–906.

Crédit photo : SDWelch1031

 

À Propos de l’auteur

HervĂ© Petit est psychologue Ă  Nantes. Il anime blog psychologie oĂč il apporte tant les rĂ©ponses de la psychologie scientifique que des outils directement opĂ©rationnels pour dĂ©passer les petits et gros tracas de la vie. Par exemple :
Etes-vous perfectionniste ? (et si oui, comment vous en sortir) ?
Etes-vous Iron Man ?

 

...et pour finir :

Connaissez-vous les 5 SECRETS pour donner DU SENS Ă  VOTRE VIE ? đŸ’ŽđŸ’Œ


  • Faut-il se retirer dans le dĂ©sert pendant 30 jours pour peut-ĂȘtre trouver la rĂ©ponse ?
  • Devriez-vous acheter une formation miraculeuse Ă  1997 € ?
  • Devriez-vous suivre l’initiation d’un chaman sorti de nulle part, le tout dans un lieu peu recommandable ?
  • ou laisser tomber et continuer dans cette monotonie du train-train quotidien ?

La réponse rapide est
 NON !


et la réponse complÚte est ici :

Cliquez sur ce lien pour vite découvrir la réponse !

Voici ce que vous allez Ă©galement apprendre :

➡ Comment ne plus souffrir inutilement, retrouver joie et sĂ©rĂ©nitĂ© au quotidien

➡ Les 5 secrets pour vivre une Vie pleine de sens et retrouver enfin confiance en la vie

➡ Comment trouver la force d'agir malgrĂ© les Ă©preuves

➡ Pourquoi est-ce si important de trouver le sens de votre vie...et comment faire pas à pas !

➡ Comment ĂȘtre vĂ©ritablement en harmonie avec vous-mĂȘme

➡  Comment prendre les bonnes dĂ©cisions et faire les bons choix dans votre vie

➡  Comment ne plus vivre dans la douleur du flot de la vie

➡ Comment ne plus ĂȘtre victime de votre originalitĂ© et votre authenticitĂ©

➡ Comment Ă©viter un Burnout... ou trouver un nouvel espoir si en vivez un actuellement

➡ Comment utiliser la loi d'attraction Ă  votre avantage... sans tomber dans les piĂšges non rĂ©vĂ©lĂ©s de cette mĂȘme loi

=> Je vous explique tout ici ! đŸ’Ž

Enfin, pour vous remercier : DĂ©couvrez vite ce Test de personnalitĂ© pour dĂ©couvrir votre vĂ©ritable type d'intelligence 😉



Related news

Bureautique landry horaire de train
Mildura victoria australia map accommodation
Ecclesville centre equestria girls
Casa peru baqueira snow
Belmore basin accommodation
Carros moda y rock and roll moderatto lyrics
Dubbo accommodation big 4 accounting
Acrobates cirque monfort and sons