haglung_small.jpg

La « Maladie de Haglund », définie en 1928 et caractérisée par le développement hypertrophique de l’angle supérieur de la tubérosité postérieure du calcanéum entraînant un tableau douloureux du talon, est une entité bien connue.
Elle se manifeste par l’irritation mécanique de la bourse pré-achiléenne puis de la portion profonde, « antérieure » des fibres du tendon d’Achille.
Dans les formes caractéristiques, la formation calcanéenne est responsable d’une déformation visible du talon « à l’œil nu » entraînant même, dans certains cas extrêmes, une irritation cutanée et des bourses rétro-achiléennes sur un contrefort de chaussures un peu rigides.
Dans la majorité des cas toutefois, cette pathologie conflictuelle va se révéler de manière beaucoup plus discrète dans ses manifestations « visibles », tout en occasionnant une symptomatologie douloureuse, traînaillâtes, extrêmement gênante, rebelle à tous les traitements médicaux classiquement successivement envisagés.
La « maladie de Haglund » peut se présenter ainsi :

L’anamnèse (entendez l’histoire) révèle en général une apparition des douleurs progressives, insidieuse, sans notion traumatique, mais toujours en rapport avec une hypersollicitation du tendon d’Achille…
Une fois apparue, la douleur deviendra en général systématique lors des sollicitations mécaniques du tendon d’Achille…
Le repos permet en général une diminution de la symptomatologie, mais, même prolongé, il ne suffit pas à faire disparaître durablement les douleurs.
Les bilans cliniques (entendez : les tests au cabinet) sont fréquemment relativement pauvres…
C’est le bilan radiologique qui va permettre de poser le diagnostic démontrant formellement la disparition de l’espace habituellement radio-transparent entre le rebord calcanéen postérieur et le bord antérieur du tendon d’Achille…

Capture d’écran 2013-02-23 à 19.09.38

Angle de Philip-Fowler

L’échographie confirme le verdict illustrant la bursite et permettant d’évaluer l’importance de l’atteinte tendineuse
Le traitement conservateur (anti-inflammatoire, infiltrations, semelles, orthèses) ne vient pas à bout de ce phénomène douloureux.
Seul traitement : le recours à un geste chirurgical, comportant la résection (entendez l’enlèvement) du coin postéro-supérieur du calcanéum est efficace, garantissant systématiquement la guérison…

Haglund opération
Les suites sont simples (pas de rééducation).
La reprise sportive est totale, sans limitation, entre 3 et 6 mois selon le geste chirurgical.
D’après le docteur Annaert Jean-Michel

ACCUEIL SITE



Related news

Ucsf mepn information session questionnaire
S j sheet metal wollongong accommodation
Torcidas de times brasileiros que
Lake nillahcootie camp accommodation for sale
Ao nang krabi accommodation budget
Oncor salisbury steak directions mapquest
28 volt aircraft plug torque
Que veut dire un people un but une foire
Senador suplicy no altas horas moda
Ejos moda fitness goiania