VIDÉOS - Celui qui a connu ses plus grands succès au milieu des années 1970 est décédé lundi à son domicile de Marly-le-Roi dans les Yvelines à l'âge de 70 ans, a annoncé sa famille. Son ami Raphaël Mezrahi lui rendra hommage lors de la Nuit de la déprime le 12 février aux Folies Bergère.

Ses pastiches des fables de La Fontaine avaient consacré l'humour potache de Pierre Péchin au milieu des années 1970. Ses blagues appartiennent désormais à l'histoire des chansonniers, l'amuseur nous a quittés lundi 29 janvier à l'âge de 70 ans, a annoncé sa famille dans un sobre communiqué adressé à l'AFP.

Son confrère et ami Raphaël Mezrahi a aussitôt réagi en lui rendant ce bel hommage: «Il était ma référence absolue. Il m'a tout appris, et je connais tout de lui, c'était mon idole». Le comique troyen, qui était aussi son producteur, a toujours soutenu la carrière de Pierre Péchin qui connaissait malheureusement plus de bas que de hauts depuis la fin des années 80.

» LIRE AUSSI - Péchin, Magdane, Popeck...: les feux de l'humour

Ancien élève du Cours Simon, célèbre pour ses mimiques, il avait démarré au Café d'Edgar en 1974, joué avec Sylvie Joly, avant de décrocher un an plus tard le prix de l'humour de la Sacem.

C'est le sketch La Cèggal et la Foôrmi, raconté avec l'accent maghrébin, qui le fera vedette en 1975. Ce pastiche, ainsi que Lè còrbo è lè rênaar et S'il vô plait!, caricatures du parler supposé des étrangers, lui seront reprochés dans l'essai de sociologie d'Yvan Gastaut intitulé La cèggal è la fôormi de Pierre Péchin: quand la France rit des «Arabes» (1974-1977). Une critique sévère. Car dans ces saynètes, qui n'avaient qu'une prétention, celle d'amuser, Pierre Péchin pointait déjà du doigt la situation précaire des étrangers avec cette réplique: «... Moi je travaille 123 heures par semaine et que je gagne 143 francs par mois».

L'humoriste a aussi signé cinq mille canulars téléphoniques sur Europe 1 dans les années 70 et 80. Dans un entretien accordé au Figaro en 2014 pour le lancement des Éternels du rire, une tournée de vétérans de la gaudriole, il avait évoqué cette période bénie: «Entre Europe 1, RMC, les émissions de Guy Lux et des Carpentier, les spectacles que j'enchaînais en avion-taxi... je faisais tout en même temps».

Jusqu'à son dernier souffle Pierre Péchin aura gardé son sens de la dérision. Raphael Mezrahi a raconté le dernier mot d'humour de son complice: «Il y a un mois, le médecin lui disait: “vos jours sont comptés” et il lui a répondu: “je le sais depuis ma naissance connard!”.»

En guise d'hommage aux facéties de Pierre Péchin, Le Figaro a retrouvé cinq de ses sketches les plus mémorables.

 Pierre Péchin, La cèggal et la foôrmi en 1975

 Pierre Péchin, S'il vô plait! en 1975

● Pierre Péchin, Lè còrbo è lè rênaar en 1975

 Pierre Péchin, La dictée en 1975

● Pierre Péchin, Le match de tennis en 1987



Related news

Reconquerir son ex qui est en couples
Barcelona las ramblas accommodations
Objets publicitaires briquets st
Punga lodge accommodation in cape
Trek cusco choquequirao artifacts
Mittelhaardt chirurgie cardiaque
York university private accommodation list
Diamond tiara and silver spoon hugging equestria girls